Les héroïnes de jeux vidéo, ça existe !

Seul 10% des “héros” de jeux vidéo sont des femmes. Le constat est là mais les choses changent et pas depuis hier.

Les femmes sont elles vraiment bien représentées dans le jeu vidéo ?

Au début simples demoiselles en détresse, les femmes dans le jeu vidéo sont passées par de nombreuses étapes, avant d’atteindre aujourd’hui une place plus honorable. Mais il a fallu se battre pour en arriver là. La première femme héroïne de son propre jeu, Samus Aran, est une chasseuse de prime de l’espace dans Metroid, sorti en 1986.Il faudra ensuite attendre une dizaine d’années et la sortie de Tomb Raider pour qu’une nouvelle héroïne atteigne une renommée planétaire.

La première représentation de Lara Croft ©Eidos

En 2007, on découvre des héroïnes comme Faith (Mirror Edge) ou Chell Johnson (portal). Chell Johnson est d’ailleurs un cas à part, cette jeune femme, prisonnière des laboratoire Aperture, est la première héroïne depuis Lara Croft a être encensée par les joueurs de tous le sexes. La jeune femme passe haut la main tous les tests (pièges mortels) tendus par l’intelligence artificielle GLaDOS. Le tout sans dire le moindre mot.

Chell Johnson et GLaDOS, les deux seules protagonistes de Portal ©Valve

Il faudra ensuite compter sur plusieures autres héroïnes : Senua (HellBlade), Aloy (Horizon zero Dawn), Chloé Frazer et Nadine Ross (Uncharted), Bayonetta (Bayonetta), Jade (Beyond Good an Evil), Kate Walker (Siberia) et même Peach (Super princess Peach), toutes deviennent les héroïnes à part entière de leurs propres jeux.

A noter, si les femmes fortes dans le jeu vidéo sont de plus en plus nombreuses, elles sont de moins en moins sexualisées. Les développeurs prennent de plus en plus de précautions dans la création de leurs personnages féminins suite à de nombreuses protestations, notamment sur Twitter. Se concentrant moins sur l'aspect physique de leurs héroïnes que sur leurs caractères de femmes fortes.

L’héroïne d’Hellblade, un jeu évoquant les troubles mentaux ©Ninja Theory

Senua et Aloy sont deux parfaits exemples de ce renouveau. Loin de l'archétype de la jeune femme écervelée. Elles se battent contre des environnements hostiles et le font seules, sans l'aide d'un homme. Nathan Drake, héros emblématique des Uncharted, a pris sa retraite après le cinquième volet de la saga pour laisser sa place à ces deux jeunes femmes, Chloé Frazer et Nadine Ross. La nature de leur relation est même volontairement ambigüe, Naughty Dog laissant planer une part de mystère sur leurs sentiments l'une envers l'autre. Il n'en fallait pas plus pour enflammer Tumblr, un réseau social connu pour sa position pro LGBTQI+, parfois même démesurée.

Artwork publié par Naughty dog pour noël en 2017 représentant Chloé et Nadine ©Naughty Dog

Il y a quatres ans, bien avant le mouvement meeToo, une étude du Time révélait que, malgré les préjugés, les joueurs américains étaient de plus en plus fatigués de la surséxualisation des personnages féminins dans les jeux vidéo. Sur 1400 adolescents interrogés, 47 % des collégiens et 61 % des lycéens se disaient même fatigués de voir des jeunes femmes considérées comme des objets. La même enquête a montrée que 70 % des joueuses et 78 % des joueurs n'accordent aucune forme d'importance au genre du personnage qu'ils incarnent. Control, un jeu développé par Remedy Entertainment, verra le jour le 27 août prochain, vous y incarnerez une agent d’un bureau fédérale américain nommé Jesse Faden qui est dotée de pouvoir télékinésique, on a hâte.

Les éditeurs sont-ils en train de combattre une mentalité qui disparaît d'elle-même ? Il se pourrait bien que oui.

Sur le même thème