Assassin's Creed un jeu français pour apprendre le français.

Permettre à des jeunes, non francophones, d’apprendre la langue de Molière grâce au jeu vidéo, c’est le pari d’Ubisoft et de TV5 MONDE.

La chaîne de télé destinée aux français de l’étranger et aux francophones disséminés à travers la planète et ses 370 millions de foyers abonnés, s’associe avec le plus frenchy des éditeurs de jeux pour permettre à des jeunes d’apprendre le français grâce à Assassin's Creed.

Là, pas besoin de manettes, point de jeu à proprement parler, mais l'utilisation des magnifiques cinématiques des différents jeux Assassin's Creed. Des cinématiques en français, sous titrées en français.

À la rencontre du héros. Qui est Bayek, le héros Medjaÿ de Assassin’s Creed Origins ? Quelle relation a-t-il avec son fils Khemou ? ©Ubisoft

A terme les jeunes apprentis découvriront entre autres : l’Egypte ancienne, la Florence des Médicis, ou encore la Révolution de 1789, au travers des extraits vidéo des jeux cultes. Tous ont été réalisés dès le départ avec des historiens, les reproductions de bâtiments d’époque travaillées par des archéologues, sans oublier les personnages historiques importants qui apparaissent dans tous les Assassin's Creed .
Les adolescents voyageront ainsi à travers le temps et revivront les grands moments de l’histoire, tout en apprenant la langue française.

Croisades, Renaissance, Guerre d’indépendance, Egypte ancienne ou Grèce Classique, depuis 2007 Ubisoft traverse l’Histoire avec ses héros. ©Ubisoft

TV5MONDE produira ensuite des fiches pédagogiques, liées à ces extraits, destinées aux enseignants en fonction du niveau de leur classe.
A l’origine le projet est destiné à des enfants de 12 à 17 ans, ne possédant pas le français et l’étudiant à l’école.
Dans une perspective d’éducation aux médias au sens large, les élèves apprendront au passage quelques caractéristiques des jeux vidéo : profil type d’un héros, mélange de réalité et de fiction ou encore mécanique de gameplay.

Bayek de Siwa, avec sa femme Aya, furent les fondateurs de «Ceux qu'on ne voit pas», la future confrérie des Assassins. ©Ubisoft

Mais, au vu de la qualité des fiches et des vidéos, gageons que certains enseignants de primaire en France, ne les utilisent pour ouvrir, via le jeu vidéo, le champ de la culture avec un grand C, à des élèves peu sensibles à leur manuel d’histoire !

Sur le même thème