C’est quoi l’esport ?

On entend de plus en plus parler "d’esport", mais dans le fond, qu’est-ce que c’est ?
Ce mot est dans de nombreuses bouches depuis plusieurs années, mais il est tout à fait possible que vous soyez passé à côté, ce qui est parfaitement normal. Et pourtant il s’agit d’un véritable phénomène de société.

Les chiffres sont fous. 99,6 millions. C’est le nombres de spectateurs qui ont visionné la dernière finale des championnats du monde de League of Legends. Presque autant que la mythique finale du Super Bowl au États-Unis.

L’esport (écriture recommandée par France Esports) est un divertissement qui séduit de plus en plus de personnes à travers le monde.
L’esport, ce sont des compétitions de jeux vidéo, mais pas forcément de jeux de sport. Pourtant, on y retrouve tous les codes d’un sport traditionnel : les heures d'entraînements, les matchs suivis par un grand nombre de supporters et surtout ses joueurs stars. Les compétitions d’esport sont assez similaires aux compétitions sportives classiques. On y retrouve des ligues avec plusieurs équipes, comme un championnat de foot ou de hand ainsi que des tournois à éliminations directes à l’instar des compétitions de tennis.

Un tableau répartissant les équipes lors d’une compétition de counter strike ©ESL

Le jeu le plus populaire est League of Legends.

League of Legends a même son Lionel Messi. Il s’appelle "Faker", de son vrai nom Lee Sang-hyeok. Il est Sud-Coréen. La Corée du sud est la nation reine de l’esport, là bas, c’est même un sport national. Les compétitions y sont diffusées sur quatre chaînes de télévisions différentes et les stades spécialisés sont pleins à craquer. Pour voir de l’esport à la télé française, il faut s’abonner à BeIN, et l’émission ne dure que 30 minutes le lundi soir.

La finale des championnats du monde de League of Legends en 2014, au Seoul World cup Stadium ©Lol eSport

La France a elle aussi une équipe, Vitality. Elle est en ligue 1 européenne des championnat de League of Legends et se débrouille plutôt bien sur Counter Strike : Global Offensive, le jeu de tir. Le PSG s’est même associé à l’équipe chinoise LGD pour monter une équipe sur a 2, le deuxième MOBA le plus populaire du monde de l’esport.

Certains joueurs peuvent gagner leur vie grâce à l’esport. Par exemple, Epic games vient d’annoncer un cashprize de 3 millions de dollars pour ses prochains championnats du monde. Chaque participant repartant d’office avec 50 000 dollars.

sOAZ, dit "la baguette", un des plus grand joueurs français de League of Legends ©Lol eSport

Comme toujours, voici un petit peu de vocabulaire :

Un event

Un "évènement", littéralement. C’est le nom donné aux tournois. Ils durent entre deux jours et un mois (avec des jours de repos) pour les plus longs. Ces derniers sont les compétitions les plus suivies sur Twitch et Youtube.

Un pro player

Un joueur professionnel, ce sont les stars de l’esport. Certains sont érigés aux rang de légende. D’autres tombent dans l’oubli. Cabochard, Hans Sama et le bordelais sOAZ sont tous des joueurs reconnus de la scène professionnelle de League of Legends. PtitDrogo et YoGo s’illustrent quant à eux sur Starcraft 2, un jeu de gestion en temps réel.

OG, structure française, soulevant l’Aegis of champion, trophée des gagnants des championnat mondiaux sur Dota 2 ©DR

Un minor

Un tournoi régional. Ils permettent à leur vainqueur l’accès à un “Major” et donne une idée du niveau des équipes qui s’affrontent durant l’évènement.

Un major

Les tournois les plus importants. Remportez-en un et vous rentrerez dans l’histoire ! Un major, c’est l'événement qui vous fait rester debout jusqu’à 4h du matin un jeudi. Les finales de ces tournois sont suivies par des dizaines de millions de personne.

Cashprize

Une dotation. C’est l’argent que l’on remporte après une victoire en tournois. Ces récompenses peuvent aller de quelques centaines d’euros à plusieurs millions, en fonction du tournoi (et du portefeuille de l’organisateur).

Symbole stylisé des JO avec les logos de (de haut en bas et gauche à droite) : StarCraft 2, Counter Strike : Global Offensive, Dota 2, Overwatch et League of Legends ©DR

L’esport est de plus en plus pris au sérieux, le comité Olympique est même en train de se demander s’il ne va pas lui faire une place sur le programme des JO de Paris en 2024. Une chose est certaine, ce ne sera pas en compétition officielle. Le CIO a tranché :

C’est prématuré, certains jeux électroniques ne sont pas compatibles avec les valeurs olympiques et par conséquent toute coopération avec ceux-ci est exclue

Peut-être en 2028 ?

SUR LE MÊME THÈME