Les jeux vidéos bien moins chronophages que la télé !

Une étude vient de mettre en lumière les pratiques des joueurs à travers le monde. La bonne nouvelle c’est qu’en France, les chiffres sont bien moins alarmants que ce que l’on veut nous faire croire.

D’après vous, quel est le temps moyen qu’un français passe à jouer à des jeux vidéos ?
La réponse est sept heures par semaine... Ça vous étonne ?
Sans doute parce que ce temps de jeu est lissé sur la semaine. Ça ne veut pas dire que nous jouons une heure par jour. Les sessions de jeu durent en effet, une heure et demie en moyenne pour 67 % des Français. Cette statistique est tirée d’une étude réalisée par Limelight Network* qui s’est penché sur les habitudes des joueurs dans plusieurs pays dont la France.

Une heure de jeu vidéo par jour en moyenne, on est bien loin des 3 h 41 de télé quotidiennes par foyer enregistrées par médiamétrie (cinq heures par jour pour les plus de 50 ans). Les accros ne sont pas vraiment ceux que l’on pense.

Pour rappel, en 2014, une étude scientifique publiée dans la revue médicale "Pediatrics" démontrait qu’une moyenne de une heure de jeux vidéo par jour, était des plus bénéfiques pour les 10-15 ans. (les chercheurs ont constaté que ces jeunes étaient plus sociables, avaient moins de problèmes relationnels ou émotionnels, et étaient moins hyperactifs que les jeunes qui jouaient beaucoup, ou, plus surprenant, que ceux qui ne jouaient pas du tout. Ils étaient également plus globalement satisfaits de leur vie.).

On a souvent le sentiment que les gens jouent davantage car ces sept heures de jeux hebdo sont scindées en sessions qui durent généralement 1 h 30. Quant aux 18-25, souvent pointés du doigt et accusés de perdre "tout leur temps sur des jeux", ils passent au final à peine sept heures par semaine à jouer, comme les autres. En réalité, seuls 10% de cette tranche d’âge passent plus de 20 h par semaine manette en main.

Un joueur durant une partie de League of Legend ©Pablo Tupin-Noriega

Le smartphone support de jeux numéro 1

Cette étude met également en avant les plateformes favorites des joueurs. Sans surprise, les smartphones se hissent en tête et le PC prend la deuxième place, devant les consoles.
Tout ça grâce à la dématérialisation qui gagne encore et toujours du terrain sur les copies physiques. Ainsi 53 % des joueurs interrogés avouent préférer télécharger leurs jeux en ligne. Les jeux physiques séduisent toujours 29 % de joueurs.

Et les 18 % restant, me direz vous ?
Ce sont ceux qui louent des jeux en médiathèque ou les échangent avec des copains, le marché de l’occasion.
La simplicité des jeux est aussi un facteur important pour les joueurs qui avouent favoriser des jeux au gameplay simple quand ils sont sur les différents stores.

Angry Bird, l’un des plus gros succès des applications pour smartphones ©Rovio Entertainment

Moralité, le mythe du gamer fou qui passe sa vie devant son écran tombe.
Une grande majorité des joueurs savent se gérer vis-à-vis de leurs pratiques, même s’il y a parfois des dérapages.
Un quart des joueurs avoue ainsi avoir déjà raté un rendez-vous galant à cause des jeux vidéo ! Nobody is perfect !

* Le rapport State of Online Gaming repose sur les réponses fournies par plus de 4 500 consommateurs âgés de 18 ans et plus et jouant à des jeux vidéo au moins une fois par semaine, en France, en Allemagne, en Inde, en Italie, au Japon, à Singapour, en Corée du Sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Sur le même thème