Jeux vidéo : Des jeux de hasard camouflés ?

Le phénomène des "loot boxes", ces pochettes surprises nouvelle génération et intégrées dans les jeux, inquiète les parents.

En français, une "loot box" peut être traduit par "boîte à butin".

Ce sont des coffres contenant des contenus aléatoires dans les jeux vidéo.
La version digitale de nos bonnes vieilles pochettes surprises en quelque sorte.
Le souci c’est que, si certaines sont gratuites, d’autres sont payantes. Et que cela ressemble fort à des jeux de hasard, comme ceux des Casinos ou de La Française des Jeux, des jeux interdits aux mineurs dans notre pays et qui peuvent coûter cher aux parents !

Blizzard sommé de retirer les coffres à butins en Belgique ©Overwatch

Une loot box c’est quoi ?

Dans le monde des jeux vidéo, une loot box est un objet virtuel, généralement présenté sous forme de coffre, contenant un ou plusieurs objets virtuels, offrant au joueur des améliorations dans le jeu, pouvant aller de la simple personnalisation d'un personnage (Skin), à l'acquisition de nouvelles fonctionnalités (sauter plus haut, tirer plus vite...).
Ces "Mystery Box" sont achetées par le joueur sans garantie de résultat. Une fois ces boîtes ouvertes, il peut décider de se faire envoyer ce qu’il vient de gagner ou bien de rejouer une somme équivalente au prix de son lot.

Si ce procédé est accepté dans les jeux gratuits, il passe mal quand les jeux sont vendus jusqu’à 70 €. Et encore plus mal quand le joueur a l’impression que le jeu a été paramétré afin que ces achats supplémentaires soient presque indispensables pour avancer. Ce qui a été le cas de StarWars Battlefront. Le jeu édité par Electronic Arts dont l’histoire retiendra qu’il était bourré de microtransactions. Son mode multijoueur – principal intérêt du jeu – proposait en effet aux joueurs de débloquer du contenu uniquement via des loot boxes.
Idem pour Fifa. Pour avancer dans le jeu à une vitesse agréable, impossible de ne pas passer par ces achats aléatoires.

Le site où l’on vous vend des Loot Box pour des gains dans la vraie vie. ©MysteryBrand

Ces dernières semaines les "Loot Boxes" sont même au coeur d’une guerre ouverte entre youtubeurs. Le plus suivi au monde, PewDiePie, en accuse d’autres d’inciter les enfants de leur public à jouer à des jeux d’argent, en leur donnant envie d’acheter ces paquets surprises, en se faisant du bénéfice au passage. On ne parle même plus de jeux vidéo mais d’un site dont le jeu consiste à acheter des Loot Boxes contenant de vrais objets, gagnés dans la vraie vie.
La Loterie Moderne.
Tu mises 2 Euros, tu ne gagnes rien ou bien les dernières baskets à la mode.

En Europe, les "Loot Boxes" sont interdites dans certains pays, comme chez nos voisins Belges. Qui ont pris cette décision au printemps 2018.

Pourtant chez PEGI, l’organisme européen chargé d’évaluer les catégories d’âges auxquelles s’adressent les jeux vidéo, il n’est pas question de considérer les loot boxes comme des jeux de hasard. L’organisme s’était déjà exprimé sur le sujet à la fin de l’année dernière :

Vous recevez toujours quelque chose quand vous les achetez, même si ce n’est pas ce que vous espériez. Pour cette raison, le système de caisse de butin ne correspond pas à un jeu de hasard ou d’argent classique.
©Overwatch

En France, les loot boxes sont considérées comme une « dérive préoccupante », mais pas encore comme des jeux de hasard.
Depuis des mois, l'UFC-Que choisir demande à ce qu'elles le soient. L'association alerte surtout sur les dangers auprès des enfants, "susceptibles de succomber à ces achats sous la pression sociale". Elle s'inquiète également de la "généralisation des transactions payantes" dans les jeux.

L'autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL), chargée de réguler les jeux d'argent sur Internet, a estimé que puisqu'il ne s'agissait pas d'obtenir un gain financier, rien ne justifiait une interdiction aux mineurs. En revanche, elle a exprimé publiquement sa préoccupation et a pris l'initiative de réunir, dans une déclaration commune, dix-huit régulateurs de jeux d'argent qui appellent à un dialogue avec l'industrie des jeux vidéo pour trouver des solutions afin de protéger efficacement les plus jeunes.
A nous, parents, d’en parler en famille et de surveiller notre carte de crédit.

SUR LE MÊME THÈME