Tawö, un jeu pour la bonne cause

Rémi Capdevielle - Le 07 Janvier 2021
Image en une : ©Tawö

Jouer à un jeu vidéo qui finance des repas pour les enfants victimes de malnutrition, ça vous dit ? C’est le pari de Tawö, un jeu de course pour lutter contre la faim dans le monde !

Si Florent Albero n’est pas un entrepreneur comme les autres, Tawö, le jeu vidéo « caritatif et engagé » qu’il a créé l’an dernier, est lui aussi unique en son genre. Originaire d’Angoulême, cet ancien casque-bleu de l’ONU de 44 ans, avoue que l’idée du “Projet Tawö” lui est venue alors qu’il vivait au Panama avec son fils, curieux de savoir pourquoi certains enfants d’ici ne portaient pas de chaussures. Une idée qui fait du bien, à l’heure où des centaines de millions d’enfants souffrent de malnutrition dans le monde, d’autant plus pendant la pandémie de Coronavirus, selon un rapport de l’UNICEF.

©Tawö

Tawö, le coureur de fonds

Pour Florent Albero, l’important était de créer « un jeu qui a du sens, porté par un personnage solidaire, à portée caritative ». Un jeu du genre « Idle-game » (qui continue à jouer sans nous) où le joueur doit prendre soin de Tawö, qui aime deux choses dans la vie : aider les autres et courir. Ce petit amérindien aux cheveux rouges lancé dans un marathon un peu fou à travers le globe aura besoin de vous pour le nourrir, l’équiper d’objets ou le reposer quand c’est nécessaire.
Sur son chemin, Tawö récoltera une foule d’infos utiles sur le monde qui l’entoure, mais surtout de l'argent pour financer de « vrais » repas pour les plus démunis, à mesure qu’il franchira les étapes. En clair : plus il ira loin, plus vous nourrirez d’enfants dans le besoin !

©Tawö

Objectif 500 000 repas par an

Accessible sur toutes les plateformes mobiles depuis la fin d’année dernière, Tawö et son créateur se sont d’abord vu offrir un fabuleux coup de pouce de 50 000 euros par le biais de la région Aquitaine. Aujourd’hui en pleine campagne KissKissBankBank, qui a déjà récolté plus de 15 000 euros, Florent Albero ambitionne le financement de la Version 2 de son jeu vidéo mais surtout celui des 10 000 premiers repas, par le biais des donateurs et de divers sponsors.
Le but : offrir au moins 500 000 repas par an, à terme. Le tout sans « aucune publicité ! Il suffit de 0,70 euro pour nourrir un enfant toute une journée », selon lui. Il espère ensuite travailler en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial de l’ONU, et participer au projet « Faim Zéro » qui vise à éradiquer la faim dans le monde d’ici 2030.
Après le succès fou du Zevent, l’heure du gaming solidaire serait-elle enfin venue ?