Les Pégases du jeu vidéo, les Césars en mieux !

LeMag - Le 18 Mars 2021
Image en une : ©DR

Les Pégases sont aux jeux vidéo ce que les Césars sont au cinéma, les Molières au théâtre ou les Victoires à la musique. La seconde édition s’est tenue le 17 mars.

Les “Pégases” viennent consacrer la pratique du jeu vidéo en France, une nécessité quand on sait que plus de la moitié des français sont des joueurs réguliers, et que plus des deux tiers sont des joueurs occasionnels.

Pour la deuxième fois de l’histoire, les 1 500 membres de l’Académie des arts et techniques du jeu vidéo, créée en 2019, ont eu à se prononcer sur les jeux vidéo réalisés en France et sortis en 2020. Trois catégories récompensaient également des titres étrangers.

« Une expression culturelle majeure »

Si Roseline Bachelot ne s’était pas déplacée pour les César, elle s’est lâchée lors des Pégases !

«Je suis la ministre des jeux vidéo. Le jeu vidéo est une expression culturelle majeure, il a donc toute sa place au ministère de la Culture», a déclaré la ministre, relevant que les pouvoirs publics étaient mobilisés pour soutenir le secteur en France à travers diverses aides. «80% des nominés ce soir ont reçu une aide de la part de l’État, du ministère de la Culture, par le biais de son opérateur, le Centre national du cinéma. (...) Nous voulons aller plus loin», a-t-elle ajouté.

©DR

Cette cérémonie s’est tenue alors que le secteur vient de connaître une année 2020 très faste, seul secteur de la culture à avoir profité des périodes de confinement qui ont contraint la population à rester à domicile. En France, son chiffre d’affaires a ainsi atteint 5,3 milliards d’euros l’an passé, soit une hausse de 11,3% par rapport à 2019.

Pour la revoir c’est ici : academiejeuvideo.org/presentation-de-la-ceremonie

Planté derrière son micro, le journaliste récemment converti à Twitch Samuel Etienne a présenté les trois prix accordés à des jeux étrangers, l’animateur Jamy Gourmaud a réalisé une pastille dans laquelle il explique de façon limpide ce qu’est le game design, tandis que l’humoriste Monsieur Poulpe a compilé des séquences de jeu et s’est retrouvé désarmé par les blagues du surréaliste There Is No Game : Wrong Dimension.

Longtemps regardé de haut par les autres arts, le petit Poucet "jeu vidéo" a donc fait un sacré chemin, et montre désormais son insolente ascension.

Le premier prix du meilleur jeu vidéo français de l'année a été remis à "A Plague Tale: Innocence"
Pégase d'honneur : Éric Chahi
Pégase de la personnalité de l'année : ZeratoR (Adrien Nougaret)
Pégase du meilleur jeu vidéo : "Microsoft Flight Simulator"
Pégase du meilleur jeu vidéo indépendant : "Haven"
Pégase du meilleur jeu vidéo mobile : "Ordesa"
Pégase du meilleur premier jeu vidéo : "Shady Part of Me"
Pégase du meilleur jeu vidéo étudiant : "Symphonia"
Pégase "Au-delà du jeu vidéo" : "Tell Me Why"
Pégase de l'excellence visuelle : "Microsoft Flight Simulator"
Pégase du meilleur univers sonore : "Streets of Rage 4"
Pégase de l'excellence narrative : "Tell Me Why"
Pégase du meilleur game design : "There Is No Game: Wrong Dimension"
Pégase du meilleur univers de jeu vidéo : "Paper Beast"
Pégase du meilleur personnage : "Haven"
Pégase du meilleur service d'exploitation (game as a service) : "Microsoft Flight Simulator"

Sur le même thème