Les jeux vidéo aident à soulager la douleur des enfants atteints du cancer !

Rémi Capdevielle - Le 02 Février 2021
Image en une : ©Juegaterapia Foundation

Une étude espagnole menée par la Fondation Juegaterapia à l’Hôpital pour enfants La Paz de Madrid a démontré que jouer aux jeux vidéo permettait d’agir sur la douleur éprouvée par les enfants qui se battent contre le cancer.

Depuis une dizaine d’années, la Fondation Juegaterapia s’efforce de rendre le séjour des enfants hospitalisés un peu moins pénible. Le mois dernier, des chercheurs en lien avec cette association espagnole ont publié une nouvelle étude qui prouve l’effet bénéfique de la pratique des jeux vidéo sur l’intensité de la douleur ressentie après une chimiothérapie par des enfants atteints d’un cancer. Même si l’impact positif des jeux vidéo avait déjà été éprouvé au niveau psychologique, c’est la première fois que leurs bienfaits sur la douleur physique sont démontrés scientifiquement.

©Juegaterapia Foundation

Des effets « considérables »

Menée l’an dernier sur 20 enfants de 11 ans et demi d’âge moyen en pleine partie de jeu vidéo, l’étude a d’abord mesuré la douleur liée à un effet secondaire de la chimiothérapie appelé le « mucite ». Une douleur si intense qu’elle nécessite l’administration d’une certaine dose de morphine pour la calmer. Résultat : des effets « considérables » ! Les chercheurs ont ainsi noté que le taux de morphine quotidien administré aux enfants qui jouaient avait diminué de 20%. Pendant leur parties, les enfants ont été reliés à des appareils qui ont pu mesurer un autre effet non-négligeable : l’augmentation de 14% du « tonus parasympathique », une sorte de système de défense, activé par notre corps contre les réactions ( augmentation de la tension artérielle ou accélération du rythme cardiaque) aux attaques physiques ou aux moments de stress intense, dont le bon équilibre favorise la guérison. Dans le même temps, les chercheurs n’ont détecté aucun changement de taille de la pupille des enfants, alors qu’on diminuait le dosage de morphine. Preuve que la douleur avait bel et bien été réduite (de 14% selon les conclusion).

Un « traitement non-pharmacologique » d’avenir

Pour Francisco Reinoso-Barbero, Directeur de l’Unité de Gestion de la Douleur de l’Hôpital pour enfants La Paz de Madrid, et co-auteur de l’étude, les résultats doivent avant tout servir à soulager les enfants qui se battent contre le cancer sans forcément passer par un traitement médicamenteux lourd et addictif, comme la morphine : « les implications médicales de ces découvertes sont importantes, car les jeux vidéo pourraient faire partie d’un plan thérapeutique non pharmacologique contre la « mucite » des cancers pédiatriques ». Outre cette belle idée, la Fondation Juegaterapia avait également besoin de mettre des images et des visages sur ses résultats. Un documentaire qui retrace les étapes de l’étude mais aussi les épreuves des patients et de leur familles, a donc été réalisé pour l’occasion. Intitulé « La quimio jugando se posa volando », il doit aussi servir à sensibiliser les gamers du monde entier à la solitude en milieu hospitalier et appeler au don de leurs vieilles consoles. Pensez-y !