Pourquoi FIFA Ultimate Team pose problème ?

Maxime Djadel - Le 16 Mars 2021
Image en une : ©Electronic Arts Inc

FIFA fait partie du patrimoine historique des jeux-vidéos depuis 1993, mais depuis 2009 un mode de jeu : FIFA Ultimate Team fait débat. Il consiste à acheter des “Loot Boxes” et pose un sérieux problème dans la communauté des joueurs à travers l’Europe. Certains pays commencent à réfléchir à de nouvelles réglementations concernant ce fléau.

Commençons par le début, le souci principal de FIFA Ultimate team réside dans ses “Loot Boxes”, ces coffrets payant, des contenus additionnels qui permettent d’avoir une évolution plus rapide dans le jeu. Ces “coffres à butin” existent aussi dans une panoplie de jeux dits “gratuits” tels que “Clash Royale” ou même “Fortnite”.

Et des “Loot Boxes” dans FIFA Ultimate Team, il y en a ! Ce mode de jeu consiste à se construire une équipe avec des cartes virtuelles achetées sur un marché en ligne.
Un achat via une monnaie virtuelle, elle aussi, créée par le jeu.
On peut aussi acheter des “Packs” avec des Euros sonnants et trébuchants, des “Loot Boxes” payantes. Un pack moyen coûte environ 10 euros et vous ne savez jamais ce qu’il va contenir.

Si on ne veut pas débourser un Euro, plaide EA games, on peut gagner des crédits en jouant et atteindre ses objectifs. C’est vrai ! Mais pour y arriver il faudrait jouer à plein temps.
Car en effet, essayer d’atteindre un haut niveau sans débourser un euro est presque impossible. Si quelques youtubeurs s’y aventurent, cela reste anecdotique. Ils représentent à peine 5 à 10% de la communauté des joueurs de FIFA.

Pour se rendre compte du phénomène il faut ajouter ce chiffre : Selon un rapport de 2019, ce mode de jeu représentait 28% du chiffre d'affaire “d’EA” soit environ 1 milliard de dollar pour la firme juste sur une année. (Le mode de jeu ayant depuis explosé sa communauté et donc ses recettes).
FIFA Ultimate Team est donc clairement le mode de jeu qui rapporte le plus dans le monde des jeux-vidéo.

©Electronic Arts Inc

Comme dans tout phénomène, il y a des dérives. Notamment avec des jeunes complètement addicts au fait de “packer”, d’ouvrir des packs payants.

C’est notamment le cas de ce joueur Anglais et des nombreux témoignages qui existent à ce sujet : “Je joue à FIFA depuis l'épisode 12. Sur le dernier FIFA, j'ai dû dépenser environ 4 000 livres (4600€). Chaque année je dépensais 5 000 livres (5800€) dans les packs, j'étais addict (...) J'empruntais de l'argent pour payer mes factures parce que je dépensais trop, j'étais constamment en dépression à ce moment.”

Depuis l’édition 2021 de FIFA, au vues des problèmes d’addiction liés au jeu, “Electronic Arts” décide d’introduire la fonctionnalité “playtime”. Cet outil, bien accueilli par la communauté, a vite fait l’objet de nombreuses critiques. En effet, Playtime n'est en aucun cas un élément permettant de limiter les dépenses mais simplement de les visualiser.

Enfin si, “Playtime” vous permet de limiter vos dépenses, en fixant vous-même une limite hebdomadaire à ne pas dépasser, ce n’est pas très dur de la contourner. Si l'envie est plus grande que la raison, il vous suffit simplement d’aller sur la case “Ignorer 1H” et le tour est joué ! D’autant que vous pouvez repousser cette heure à l’infini !

©Electronic Arts Inc

Ce n’est en tout cas “pas assez” pour différents pays européens, notamment l’Allemagne qui envisage très sérieusement d’imposer à FIFA 21 (mais aussi à NBA 2K21 et à d’autres jeux de sports très populaires) le PEGI 18 (déconseillé aux moins de 18 ans) car ils proposent des « lootboxes» assimilées à des jeux d’argent. Cette décision serait la première en Europe et pourrait provoquer un profond bouleversement dans la politique d'accès aux jeux-vidéo.

A ce jour, “Les jeux classés PEGI 18 sont les plus violents ou les plus immoraux du marché, ou les deux”. Cette nouvelle restriction placerait donc FIFA 21 au même niveau que “GTA V” par exemple. Dans ce cas-là, ces jeux de sports seraient soumis aux mêmes règles que tous les jeux pour adultes. Une grosse perte qui devrait affaiblir très nettement l’image de la licence FIFA.

Mais lorsque l’on sait que seulement 56% des parents portent attention aux signes “Pegi”, quelles seront les véritables conséquences pour EA ?

Sur le même thème