Le saviez-vous ? Beaucoup de vos jeux favoris sont Chinois !

LeMag - Le 29 Mars 2021
Image en une : ©Frontier Developments

Loin de nous ici l’idée de monter le monde des gamers contre l’Empire du milieu. Donald Trump s’en est déjà chargé… Mais juste pour votre culture générale, vous êtes-vous déjà demandé qui finançait et produisait vos jeux vidéo préférés ? Chez Blacknut Le Mag, on va tenter de répondre à cette question et on commence ici par la Chine.

Assassin’s creed, Fortnite, Clash of clans… Des titres qui cartonnent au box office du gaming et que tout le monde croit américains ou parfois français. Pourtant ces jeux sont chinois ou partiellement chinois. Et pour cause, aujourd’hui la Chine est le premier marché mondial des jeux vidéo avec 41% des revenus du marché mondial.

Quand nous pensons aux éditeurs et aux constructeurs majeurs présents sur le marché du jeu vidéo, certaines marques nous semblent évidentes de prime abord. Sony, Microsoft, Nintendo, Sega, Apple, Electronic Arts, Activision-Blizzard, Ubisoft, Bethesda, Square Enix, Capcom….. Mais le plus souvent nous avons tendance à oublier le principal acteur de cette industrie. Une société chinoise qui occupe la tête du secteur depuis plusieurs années. Tencent.

La Chine et le gaming se résument en ce seul nom : Tencent, ce méga-empire technologique, peu connu du grand public européen.
Sa capitalisation boursière, d’environ 700 milliards de dollars, est une des dix plus importantes au monde. Devant Alibaba !
Tencent et Facebook sont même au coude à coude au niveau mondial sur le marché des messageries instantanées. Clairement Wechat et QQ de Tencent avec leur plus d'un milliard et demi d' abonnés, sont en passe de devancer WhatsApp et Facebook Messenger... Tencent est aussi, et surtout, très présente sur le marché des jeux vidéo et notamment dans l'univers des jeux mobiles.

C’est étonnant, mais désormais en Chine, la 1ère plateforme de jeux, ce n’est plus la console, ni le PC ou la tablette, c’est le… smartphone !

Au quatrième trimestre 2020, les revenus de Tencent dans cette branche d’activité ont augmenté de 29% par rapport à la même période en 2019, atteignant les 6 milliards de dollars.
Une hausse spectaculaire, intrinsèquement liée à la crise sanitaire. A travers le monde, les humains confinés se sont tournés vers les jeux vidéo pour échapper à la réalité et tuer l’ennui lors des différents confinements, ce qui a provoqué une hausse considérable des revenus générés sur ce marché.
Des humains qui jouaient souvent à des jeux chinois sans même s’en douter.

©Activision Blizzard

Tencent possède ainsi les studios Riot Games (League of Legends) et Supercell (Clash of Clans), en plus de détenir 40% du capital d’Epic Games (Fortnite) sans oublier ses 9% de Frontier Developments (Planet Coaster), 5% d’Activision Blizzard (Overwatch, World of Warcraft), 5% de Paradox Interactive (Stellaris) ou encore 5% d’Ubisoft l’irréductible gaulois (Assassin’s Creed, Rainbow Six).

Pour 2021, Tencent a déjà annoncé l’ouverture d’un nouveau studio de jeux vidéo à Los Angeles, la création d’une plateforme de streaming pour les chinois, ainsi que l’entrée au capital de Voodoo, pépite française du jeu vidéo.

De façon plus générale, le chiffre d’affaires global de Tencent a atteint les 20,5 milliards de dollars.

Mais attention tout n’est pas rose pour la firme , ça vire même au Rouge. Si Tencent a parachevé son année 2020 en grande pompe, elle s’apprête à affronter d’importants défis en 2021. Le Parti Communiste chinois voit son expansion comme entreprise privée d’un mauvais œil : l’un de ses directeur est détenu par Pékin dans une affaire de corruption. Deux plaintes ont été déposées contre elle en Chine.
Là bas, plusieurs groupes internet ont déjà été mis à l’amende pour “non-respect des règles sur les concentrations”. Après Alibaba, dont le président a disparu, Tencent semble particulièrement visé par Xi Jinping.

Le dernier message de Pékin daté de fin mars 2021 est carrément un avertissement.

Le développement tous azimuts des groupes internet chinois appartient au passé, et le comité de conseil et de coordination financière du Parti communiste viennent de donner des ordres en vue de renforcer la surveillance des grandes plateformes numériques, de réprimer les monopoles, de promouvoir une concurrence loyale et d’empêcher des mouvements capitalistiques désordonnés.

C’est un signal de plus de la reprise en main de la tech par le pouvoir chinois signé Xi Jinping lui-même.
Tout un programme...