Comment bien choisir un jeu vidéo ? Deuxième partie : pour les enfants de moins de 8 ans.

De nos jours, les jeux vidéo font partie de l’univers des enfants, souvent dès leur plus jeune âge. Il est important d’en encadrer l’usage, car certains jeux vidéo peuvent comporter des risques. Toutefois, ces jeux contribuent désormais à l’apprentissage et au développement de l’habileté et de la logique chez les plus petits. Les jeux vidéos pour les petits. Conseils.

Entre 4 et 7 ans, la fonction de l'attention n'est pas encore complètement mature. Privilégiez des jeux courts.
Des jeux de plateformes mignons, ou des puzzles.
Choisissez des jeux PEGI 3 mais pas tous. Si le contenu n’est pas choquant, il faut souvent avoir des capacités motrices avancées pour contrôler le jeu, qu’un enfant de cet âge n’a pas encore développées, et c’est normal. Impossible pour un enfant de cet âge de jouer à Fifa, même s’il adore le foot. Idem pour Mario ou Rayman, leurs niveaux sont très vite trop difficiles pour les plus jeunes.

Le processus d'identification avec le héro est très important avant 8 ans. ©Nintendo

Pat patrouille, Angelo ou Kirikou, ils adorent les héros de leurs films.

Lorsqu'il existe un avatar qu'ils apprécient comme Pat patrouille, Angelo ou Kirikou, les enfants de ces âges se projettent dans le personnage et ne parviennent pas vraiment à se distancier des réussites et des échecs. Ils se croient "comme dans un dessin animé" dont ils seraient le héro !

C'est pourquoi ils ont du mal à s'en séparer et que cela déclenche des réactions parfois compliquées si on les interrompt brutalement.

Evitez d'être catégorique ou trop rigide. Il est important d'attendre la fin d'un niveau pour stopper la cession de jeu. Prévenir en amont que le temps de jeu va bientôt être dépassé.

Il faut comprendre que les enfants investissent dans ce type de jeu quelque chose de très important : l'estime de soi et le plaisir de la conquête d'une réussite. S'ils parviennent à cela dans les activités ludiques réelles et qu'ils sont encouragés et félicités dans la vraie vie cela les aidera à ne jamais surinvestir les jeux vidéo.
Même si les jeux vidéo ne constituent pas une solution aux problèmes d’estime de soi, ils peuvent aider l’enfant à se sentir mieux. Par exemple, l’enfant qui a une moins bonne estime de lui peut, en réussissant une mission ou en complétant un niveau du jeu, vivre des réussites.

Un flou entre réalité et fiction.

Les jeunes enfants ont du mal à faire la différence entre la réalité et la fiction, ce qui les rend plus vulnérables à un contenu effrayant. Sachant qu'une image peut les effrayer sans que cela vous semble effrayant !
Étant donné que le graphisme et les effets spéciaux sont de plus en plus réalistes, il faut en tenir compte. Pas de jeux réalistes pour les plus petits.
Bannir également les jeux de simulation de sports. L’enfant n’a pas les capacités motrices et le jeu sera source de frustration et d'énervement.

Ma ferme, un jeu de gestion que les enfants adorent. ©Plug In Digital

Mieux que la télé

Dans le jeu vidéo, l’interactivité permet aux tout-petits d’agir sur les images, et non de les recevoir de façon passive. Enfin, l’utilisation de la souris, de la manette, des icônes, développe leurs réflexes, leur "QI non verbal" (les représentations spatiales), la logique, l’intuition et la persévérance.
Par ailleurs, on sait aussi que l'usage modéré de petits jeux d'arcade (casse briques, etc.) sollicite très positivement le développement cognitif de l'enfant. Donc n'hésitez pas à leur proposer des jeux vidéo calmes et logiques comme Connect animals (une sorte de Mahjong pour petits) ou des jeux de gestion comme Ma ferme 2018.

Certains jeux vidéo développent des habiletés utiles pour les matières scientifiques, comme la logique, la vitesse de traitement de l’information et un bonne acuité visuelle et spatiale. Dans ce domaine, ils ont un avantage sur les jeux traditionnels.

Le jeu vidéo en famille aussi important que le Monopoly dominical. ©DR

Le jeux vidéo n’est pas une baby sitter !

Lorsque votre enfant joue à un jeu vidéo, profitez-en pour passer du temps avec lui. Jouez avec lui.
Le jeu en famille est une pratique bénéfique.
Cela permet de passer un bon moment et de partager les centres d'intérêt de votre enfant.
Les enfants sont d’ailleurs demandeurs de ce temps familial autour du jeu vidéo. Et vous risquez bien de vous prendre au jeu.

Enfin, on choisit le lieu du jeu. Cela doit être un lieu de passage et de partage. Dans le salon, dans la cuisine... On ne laisse pas l’enfant s’isoler dans sa chambre pour jouer. On parle avec lui. On lui donne des conseils. On critique aussi. Le jeu s’inscrit ainsi dans le monde réel.

Sans oublier la base de la base. On ne s’endort pas avec un jeu vidéo. Ni avec un smartphone ou une tablette. Et ce, quel que soit votre âge. Outre l’excitation provoquée par le jeu c’est la lumière émise par les écrans qui perturbe le sommeil.

Et pour les plus inquiets je laisserai le mot de la fin à l’Académie de médecine :

Comme pour la télévision, ce n’est pas tant le temps passé à jouer aux jeux vidéo qui compte le plus, mais comment il s’est passé (…) ce n’est pas la technologie en elle-même qui est en question, mais le choix qui en est fait, la façon dont elle est consommée (…).CQFD

Quelques jeux que nous vous conseillons pour les plus jeunes en 2019 :

Animal Crossing 2019 : bientôt sur Switch, 64,99 Euros
Detective Pikachu sur Nintendo 3DS : 39,99 Euros
Pat Patrouille en mission sur PS4 : 39,99 Euros

4 jeux cités dans cet article sont inclus dans l’abonnement Blacknut, à partir de 9,99 €/mois sans engagement :
Kirikou et les Bêtes Sauvages, Angelo Skate Away, Connect animals, Ma ferme 2018.

COMMENT BIEN CHOISIR UN JEU VIDÉO ?